La priorité aux entreprises valaisannes et formatrices dans les marchés publiques

Que signifie cette image?

Jean ne représente pas seulement nos agriculteurs mais aussi tous les autres indépendants, toutes les personnes qui ont un commerce, une entreprise ou qui offrent un service.

Chacun regarde son porte-monnaie, chacun essaye d’avoir le maximum matériel avec le minimum des dépenses. Et si on pensait plutôt à investir?
Pour mieux comprendre le principe:

  1.  Marc veut changer ses ski et afin d’avoir le dernier modèle au meilleur prix, après des recherches sur internet commande sur un e-shop en dehors de la Suisse.
  2. Pierre veut changer ses ski et décide de les acheter en France dans un magasin grande surface profitant du taux de change favorable.
  3. Philippe veut changer ses ski et afin de bénéficier des conseils d’un spécialiste et d’un bon service après-vente, il décide de les acheter au magasin de sport tout prêt de chez lui.

Qui des ces trois personnes à investi réellement dans le long terme, et lequel de ces trois cas correspond à votre décision? Je vous laisse vous donner une réponse en toute sincérité.

Maintenant l’Etat doit donner le bon exemple, ce discours doit être appliqué au marchés publiques: pas de sous-traitance, pas d’entreprises étrangères ou qui engagent du personnel étranger « low-cost », pas de matériel de basse qualité qui vient de je ne sais pas où, etc.
Investir signifie donner du travail aux entreprises locales et formatrices, investir signifie privilégier la qualité et non la quantité.

Le Valais d’abord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*