La protection de la Constitution valaisanne dans sa forme et son contenu


Constitution  du Canton du Valais
du 8 mars 1907 (Etat le 12    juin 2008)

Au nom de Dieu tout-puissant!

Titre I Principes généraux

Art. 1
§1 Le Valais est une république démocratique, souveraine dans les limites de la Constitution fédérale et incorporée comme Canton à la Confédération suisse.
§2 La souveraineté réside dans le peuple. Elle est exercée directement par les électeurs et indirectement par les autorités constituées.


Il ne faut pas changer ce qui fonctionne mais plutôt l’améliorer.

Durant les dernières années les mouvements de gauche ont manifesté à plusieurs reprises une volonté générale a des reformes dans des domaines qui touchent le patrimoine religieux et donc culturel de notre société. Les changements géopolitiques survenus suite au printemps arabe ont conduit à la forte migration avec son bagage culturel peu compatible avec le notre que l’on connaît aujourd’hui.

  • croisade généralisée anti-crucifix dans les lieux publiques;
  • 2014 la Société Suisse d’utilité publique (SSUP) ouvre un concours pour le changement de notre hymne national;
  • décembre 2014, initiative pour un Valais laïque;
  • invasion de personnes de culture non-chrétienne en Europe (exponentiel depuis la guerre des Balkans)

La gauche antireligieuse n’a jamais caché son but, il suffit de regarder la déchéance de la fille ainée de l’Eglise pour s’en rendre compte.

Compte tenu des points cité plus haut et de la situation générale, je me pose la question suivante:
Quels mouvements politiques sont derrière la volonté de reformer la constitution valaisanne et pour quelles raisons?
La réponse est plutôt simple ce n’est pas un secret de polichinelle: ce sont des anticléricaux et des libres penseurs, les mêmes qui soutiennent l’entrée dans l’UE, qui prônent les valeurs de la révolution française et suivantes, au final ceux qui d’une manière ou d’une autre nous imposent la mondialisation et le cosmopolitisme.

Ils veulent effacer toute référence à Dieu, même la plus petite.
Le jour ou la religion et l’Etat ont été séparés c’est le jour ou l’empreinte du Créateur sur la société humaine a commencé à se dissoudre dans le néant mais ceci est un sujet tellement complexe et compliqué que je ne peux être en mesure de l’écrire en manière exhaustive ici.

Je ne vais probablement pas me faire beaucoup d’amis avec mes propos mais peu importe, ce sont les idées que je défends et si je dois être élu c’est par ces idées et idéaux et non pas parce que je dis ce que les gens veulent entendre.

Le message que je veux faire passer c’est que je me battrais pour qu’aucun symbole, marque ou reconnaissance de notre culture chrétienne soit effacé de notre constitution et de nos lois.

Et à l’image du magnifique symbole de la statue que nos aïeux ont bâti à Lens je dis « Le Christ-Roi d’abord ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*